10eme arrondissement Vestiges de guerre

Tableau « Le départ des poilus, août 1914 »

albert-herter-en-aout-1914

Hall gare de l’est, 10ème

Bien qu’imposant, ce tableau de 5x12m accroché dans le hall de l’aile gauche de la gare de l’est peut être, à tort, considéré comme une simple toile décorative. Intitulé « Le départ des poilus, août 1914″, cette fresque datant de 1926 est l’oeuvre de l’artiste américain Albert Herter en mémoire de son fils, tué au combat, sur le front de Bois-Belleau, dans l’Aisne, en 1918. Le peintre s’est représenté à droite de la toile, tenant un bouquet à la main (voir la photo en une). Sa femme, les mains jointes, est visible à gauche du tableau et son fils est au centre, fleur au fusil et képi dans la main. Au premier regard, l’atmosphère est plutôt plaisante : Everit-Albert, le fils du peintre, figure vaillante et charismatique, prêt à servir son pays pour la bonne cause mais en y regardant de plus près, on discerne les visages graves des soldats partant au combat et les femmes en larmes au premier plan sur le quai.  La toile a été offerte à la compagnie des Chemins de Fer de l’Est par l’auteur du tableau. Au cours du 20ème siècle, cette dernière a été plusieurs fois déplacée, au gré des modifications de la gare, ce qui créa de nombreuses protestations de la part des Parisiens, surtout des anciens combattants. 

+ d’infos : lemonde.fr

everit-albert-départ-poilus-en-aout-1914

Fils d’Albert Herter représenté au centre avec fleur au fusil et képi.

femme-albert-herter-départ-poilus-en-aout-1914

La femme d’Albert Herter, à gauche de la photo, les mains jointes

en-aout-1914-tableau

A propos de l'auteur

Gino

Gino

Ma soif de savoir et de curiosité m'a poussé à découvrir Paris d'une autre façon, à travers ces petits vestiges, trop souvent ignorés, qui, pourtant, font partie intégrante du patrimoine de la ville et racontent des histoires passionnantes, parfois tragiques, parfois loufoques.

Aujourd'hui, 228 vestiges découverts !