20eme arrondissement Graffitis muraux Paris insolite

Le tombeau sulfureux d’Oscar Wilde

tete-sphinx-oscar-wilde

Cimetière du Père-Lachaise, 20ème (89ème division)

Oscar Wilde, une vie, un scandale…A l’image de l’écrivain irlandais, la tombe funéraire d’Oscar Wilde dérange encore aujourd’hui, plus de 100 ans après sa mort. Le Sphinx ailé sculpté dans un bloc de pierre blanche par Sir Jacob Epstein en 1909 fait allusion au poème La Sphinge. Le Sphinx dont le visage ressemble étrangement à celui de l’auteur présenta, jadis, un sexe proéminent et provoquant comme un clin d’oeil à son homosexualité. De 1909 à 1914, la sculpture allégorique fut recouverte d’une bâche pour éviter de choquer les esprits de l’époque. En 1961, le Sphinx fut amputé d’une partie de son sexe par des vandales puritains. Malgré tout, cette castration n’entama pas l’attention toute particulière que portait la gente féminine envers la sépulture, rougie rapidement par une centaine de baisers. Haut-lieu du romantisme, ce rituel finit par enlaidir la sculpture, la détériorer par la pénétration de la graisse du rouge à lèvres dans la pierre et, plus grave encore, devenir un signe de danger, voire de mort pour le défunt plus qu’un signe d’amour. Oscar Wilde a été effectivement emprisonné et condamné à 2 ans de travaux forcés par la tribunal de Londres en 1893 pour un baiser homosexuel. En 2011, une rénovation est alors mise en place et des vitres de 2 m de haut sont placés tout autour du Sphinx, financés par le gouvernement irlandais et la famille Wilde. La sépulture est protégée au titre des Monuments Historiques depuis 1997.

+ d’infos : lexpress.fr

sphinx-oscar-wilde-pere-lachaise

tete-sphinx-wilde

sexe-ampute-tombe-wilde

Sexe en partie amputé en 1961 par un vandale puritain

baiser-tombe-oscar-wilde

baiser-rouge-vitre-wilde

panneau-tombeau-oscar-wilde

A propos de l'auteur

Gino

Gino

Ma soif de savoir et de curiosité m'a poussé à découvrir Paris d'une autre façon, à travers ces petits vestiges, trop souvent ignorés, qui, pourtant, font partie intégrante du patrimoine de la ville et racontent des histoires passionnantes, parfois tragiques, parfois loufoques.

  • Diana

    Bonjour,
    Merci pour ces articles intéressants sur ces tombes.
    N’est-ce pas plutôt « rougie (avec un e et non un t) rapidement par une centaine de baisers »?
    Bonne continuation !

    • Gino

      Bonsoir Diana, merci de votre soutien et merci pour la coquille, corrigée 😉 A bientôt sur breves-histoire.fr.

  • Anne Chevalier

    Oui merci pour ces brèves d’histoire !

    • Gino

      Avec plaisir Anne, merci pour vos commentaires 🙂

Aujourd'hui, 227 vestiges découverts !