5eme arrondissement Cité du cheval

L’ancien marché aux chevaux de Paris

chevaux-trait-marche-chevaux

5 / 11-13 rue Geoffroy-saint-hilaire, 5ème

Au début du 19ème siècle, la capitale était la première place chevaline de France, devant la Meuse, avec une densité de 80 000 solipèdes. On a du mal à imaginer les cours et rues parisiennes remplies d’omnibus, de charrettes ou de cochers tractés par des chevaux de différentes origines : boulonnaise, anglo-normande ou encore percheronne. Louis XIII, dit le Juste, alors Roi de France, décida en 1641 d’installer un grand marché aux chevaux sur les actuels boulevards de l’Hôpital et Saint-Marcel, transféré dès 1908 aux abattoirs de Vaugirard. A l’initiative du lieutenant général de police, un pavillon de surveillance du marché fut instauré entre 1760 et 1762. Encore visible au 5 rue Geoffroy-Saint-Hilaire, la façade présente, entre chaque fenêtre, une grue et un coq qui se font face, symboles de patience et de vigilance. A seulement quelques pas du pavillon et de la célèbre rue de l’Essai, un autre vestige du marché au chevaux longe la rue Geoffroy-saint-Hilaire, espace auparavant occupé par un marché aux cochons ! Il s’agit d’une façade avec une inscription et une tête de cheval en saillie, on ne peut plus explicite :

« Marchands de chevaux, poneys, doubles poneys de toutes provenances et chevaux de trait »

+ d’infos : pietonsdeparis.canalblog.com (marchés aux chevaux de Paris)

facade-marche-chevaux

pavillon-surveillance-marche-chevaux

Pavillon de surveillance du marché aux chevaux avec la grue et le coq qui se font face

panneau-pavillon-surveillance-marche-chevaux tete-cheval-marche-chevaux

A propos de l'auteur

Gino

Gino

Ma soif de savoir et de curiosité m'a poussé à découvrir Paris d'une autre façon, à travers ces petits vestiges, trop souvent ignorés, qui, pourtant, font partie intégrante du patrimoine de la ville et racontent des histoires passionnantes, parfois tragiques, parfois loufoques.

Aujourd'hui, 227 vestiges découverts !