2eme arrondissement Enseignes d'antan

« Au Planteur », une peinture colonialiste controversée !

peinture-au-planteur

10 rue des Petits-Carreaux, 2ème

Jamais une enseigne n’aura été autant controversée. La peinture sur céramique visible au 10 rue des Petits-Carreaux est l’un des derniers témoignages sur Paris de l’époque coloniale française, classée Monument historique depuis le 23 mai 1984. Elle représente un homme noir vêtu d’une simple culotte rayée blanc et rouge au service d’un homme blanc colonialiste, confortablement installé sur des sacs de riz. Scène d’une tout autre époque, intitulée « Au Planteur » et installée en 1890 en façade d’un immeuble datant du 19ème siècle. Cette fresque faisait la promotion d’une boutique de « produits exotiques » dont le café était la principale denrée proposée. Jadis, le « planteur » signifiait le colon, qui était un propriétaire ou un exploitant d’une plantation. Le choix de cette mise en scène a été délibérée mais ne dérangeait pas à l’époque. Sauf qu’aujourd’hui, cette peinture fait débat, dérange voire choque les passants. A partir de là, on peut se poser la question : est-ce que ce type d’enseignes qui rappelle une période sombre de notre histoire, a encore sa place dans Paris (ou ailleurs) ? S’il fallait prendre position (parce que chez brèves d’Histoire, on se mouille ;)) il s’agit d’un témoignage du passé et fait partie intégrante de notre Histoire, que l’on veuille ou pas et bien qu’il soit choquant qu’une telle enseigne ait pu exister. En tant que fervent défenseur de notre patrimoine, ce vestige doit rester à sa place mais en y ajoutant une valeur pédagogique (par un écriteau remettant la peinture dans son contexte par exemple).

+ d’infosrue89.nouvelobs.com (A Paris, faut-il retirer les fresques du temps des colonies ?)

au-planteur-rue-petits-carreaux au-planteur-facade-rue-petits-carreaux

Boutique "Au Planteur" début XXème siècle. / Copyright parimagine.fr

Boutique « Au Planteur » début XXème siècle. / Copyright parimagine.fr

A propos de l'auteur

Gino

Gino

Ma soif de savoir et de curiosité m'a poussé à découvrir Paris d'une autre façon, à travers ces petits vestiges, trop souvent ignorés, qui, pourtant, font partie intégrante du patrimoine de la ville et racontent des histoires passionnantes, parfois tragiques, parfois loufoques.

Aujourd'hui, 227 vestiges découverts !