Détails
  • Adresse :
    Le Cardo de Jérusalem
  • Date/période du vestige :
    70 après J.-C
  • Droit d'accès :
    Gratuit
Accessible
Accessible sans restriction aujourd’hui
  • Lundi

    Accessible sans restriction

  • Mardi

    Accessible sans restriction

  • Mercredi

    Accessible sans restriction

  • Jeudi

    Accessible sans restriction

  • Vendredi

    Accessible sans restriction

  • Samedi

    Accessible sans restriction

  • Dimanche

    Accessible sans restriction

  • 18 juin 2024 20 h 30 min

Description

Salut à toi, cher lecteur et aventurier du canapé ! Laisse-moi te conter l'histoire d'un lieu qui donne le vertige et te plonge dans un passé aussi surprenant que le nombre de chaussettes que tu perds à la lessive : le Cardo de Jérusalem (et les quelques pierres qu'il en reste) !

Colonnes du Cardo de Jérusalem

Le Cardo, en latin, ça veut dire "pivot" ou "charnière - pas très sexy, je sais. Mais en fait, c'était l'axe principal des villes romaines, un peu comme les Champs-Élysées à Paris, mais avec des gladiateurs en jupettes et moins de selfies. À Jérusalem, le Cardo a été construit par l'empereur Hadrien qui, en bon romain, a voulu mettre sa touche personnelle en rebaptisant la ville Ælia Capitolina. Pas très original, mais bon, il avait le pouvoir.

Alors, comment on fait pour visiter le Cardo aujourd'hui ? Faut-il enfiler une toge et un casque de légionnaire ? Eh bien, pas vraiment, même si ça pourrait être rigolo. Vous pourrez faire comme moi, c'est-à-dire, commencer la visite par la porte de Damas, au nord de la vieille ville, et suivre le tracé du Cardo jusqu'à la porte de Sion, au sud. Et là, surprise : des colonnes ! Enfin, ce qu'il en reste...

Au fil de ma balade, j'ai découvert des boutiques qui bordaient autrefois le Cardo. Certaines sont encore en activité, et j'ai même pu acheter un souvenir : un porte-clés "I love Cardo" en forme de colonne, très tendance (non, je rigole).

Arches d'anciennes boutiques du Cardo de Jérusalem

En parcourant le Cardo, j'ai été saisi par le contraste entre l'ancien et le moderne. J'ai imaginé les marchands d'autrefois, vantant leurs produits avec autant d'enthousiasme que les vendeurs de kebabs à la sortie des bars.

Et que dire des différentes époques qui ont marqué le Cardo ? Des croisés qui ont construit un bazar (non, pas un bazar dans le sens "c'est le bazar ici", mais un vrai marché), aux ottomans qui ont ajouté des fontaines et des mosquées, en passant par les britanniques qui ont creusé une tranchée pour faire passer une ligne électrique au XXème siècle (merci, les gars, ça faisait très esthétique).

En résumé, le Cardo, c'est un peu comme une mille-feuille historique (ou une lasagne, pour les amateurs de cuisine italienne). C'est un lieu où les cultures et les religions se rencontrent, où les peuples et les époques se croisent, et où tu peux te perdre dans un dédale de ruelles chargées d'histoire. Alors, prêt à chausser tes sandales de centurion et partir à la découverte de ce lieu incroyable ?

  • Pas encore de commentaire. Soyez le premier !
  • Ajouter un avis