Les céramiques du « Cochon à l’Oreille »

Date : 1914

Dans un café-restaurant typique des Halles, où beaucoup de commerçants du quartier ont l’occasion de déguster une viande généreuse ou un bon verre de vin, on peut découvrir une décoration datant du début du XXe siècle (1914 pour être plus précis, d’après certains écrits) faite de céramiques peintes à la main recouvrant tous les murs du lieu appelé « Christ Inn’s Bistrot », anciennement « Le Cochon à l’Oreille », « Halles-Bar » et « Le Singe Pèlerin » symbolisé par les appliques d’éclairage ornées de petits singes. Ces céramiques illustrent la vie de ce quartier, celui des Halles, où marchands et acheteurs se retrouvaient quotidiennement pour faire des affaires ou simplement acheter des denrées alimentaires pour le repas du jour.

«Les Halles, le matin devant l’église Saint-Eustache », « Les Halles après le coup de cloche » ou encore « Arrivée du train, 1 rue Baltard à 1 heure du matin » (sans la faute d’orthographe infligée au célèbre architecte des Halles et du pavillon qui porte son nom, visible sur le panneau) sont à l’image de ce qu’ils représentent. Un autre panneau, toujours sur le thème des Halles, décorant initialement « le café de la Poste » rue de la Grande Truanderie est venu enrichir cette décoration en 1982. Le créateur de ces oeuvres est le céramiste, Boulenger, auteur du fameux carreau en grès blanc de 7,5 sur 15 cm qui recouvre la paroi des quais du métro parisien, fabriqué vers 1940 à raison de 20000/jour, qui fit sa richesse. Aujourd’hui, l’ensemble du restaurant (devanture en bois et décoration intérieure) est classé Monument Historique depuis 1984. Voilà une bonne raison, en plus de déguster la savoureuse cuisine de bistrot du chef, pour pousser la porte de ce restaurant épique.

2 reviews

  1. UNE PARTIE DE L'HISTOIRE DE CET EMPLACEMENT EN 1830

    Ce bistrot appelé Le Singe Pélerin » en 1830 y a abrité l’inventeur de la frite en bâtonnets. Jean Frédéric Krieger, né en Bavière. Il y a travaillé comme apprenti cuisinier entre 1830 et 1834 ou il appris l’art de la friture dont la pomme de terre alors coupée alors en rondelles. Jean Fredéric partis en Belgique et ensuite avec son Père Frédéric, et ses frères Pierre et Georges, ils transformeront les rondelles en bâtonnets quatre ans en 1838 lors de la foire de la Batte à Liège en Belgique et populariseront leurs frites dans les foires etr Kermesses en Belgique dans leurs fameuses barraques restaurants ambulantes sous la marque  »Fritz » ( contraction de Friedriech et frites L’origine de la Frite est née à Paris mais en rondelle vendues dès1790 mais a grandi en Belgique pour atteindre sa taille adulte en bâtonnet en 1838 Ce bistrot mérite une plaque pour l’indiquer aux touriste….
    Fritz en 1935

    1. Bonjour Dimitri, merci pour ce complément très intéressant ! Doit-on comprendre que Le Singe Pélerin est l’ancêtre du « Cochon à l’Oreille » ? Merci.

A VOUS DE JOUER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15Rue Montmartre, Paris
Voir l'itinéraire
Horaire d'ouverture "Cochon à l’Oreille" : Lun - Sam : 9:00 - 23:30 Fermé le dimanche

A propos de l’auteur : Gino

Rédacteur et créateur de Brèves d’Histoire

Ma soif de savoir et de curiosité m'ont poussé à découvrir Paris d'une autre façon, à travers ces petits vestiges, trop souvent ignorés, qui, pourtant, font partie intégrante du patrimoine de la ville et racontent des histoires passionnantes, parfois tragiques, parfois loufoques.

image/svg+xml