Pavillon latéral du Couvent des Minimes

Date : 1609

En 1609, les religieux de l’ordre des minimes achetèrent une parcelle des jardins de l’ancien Palais des Tournelles pour y établir le Couvent des Minimes, à deux pas de la Place Royale (rebaptisée Place des Vosges en 1800). Le concepteur de cet édifice, François Mansart, a été l’un des précurseurs de l’architecture classique français. Le bâtiment, resté inachevé, était composé d’une façade centrale encadrée par deux pavillons latéraux. En 1790, l’Etat racheta le couvent pour y établir le Collège Charlemagne mais le projet tomba à l’eau. Le 30 octobre 1823, la municipalité de Paris acquis l’ancien couvent pour le réaffecter à une caserne de gendarme. Au début du 20ème siècle, seuls les deux pavillons latéraux et le cloitre furent conservés, la partie centrale ayant été en partie démolie. En 1805, la rue de la Chaussée-des-Minimes (actuelle rue des Béarn) se prolongea sur l’emplacement de l’ancienne partie centrale jusqu’à la rue Saint-Gilles. Dans les années 1920, sous la demande express du préfet de Seine, les deux pavillons et le cloitre furent retirées de l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques par un décret du 7 décembre 1925 dans le cadre de la reconstruction de la caserne de gendarmerie au même endroit. Seul le pavillon latéral de gauche, depuis restauré, échappa à la démolition et aujourd’hui, sa façade et sa rampe d’escalier en fer forgé sont inscrites à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

A VOUS DE JOUER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l’auteur : Cédric

Contributeur sur Brèves d’Histoire depuis 2016

Cédric

Passionné par Paris et son histoire, je découvre la ville au fil de mes balades depuis 6 ans et depuis 1 an à travers la vision de l'objectif de mon appareil photo. A 39 ans, je reste fasciné par les lieux magiques que recèle Paris et dont je ne me lasse pas.

image/svg+xml