La Porte chinoise, vestige de l’époque coloniale

Date : 1906 (exposition coloniale)

Le Jardin d’Agronomie Tropicale de Paris, situé en bordure du bois de Vincennes, fait partie des lieux méconnus de la capitale. Etendu sur 4,5km², ce jardin sauvage garde secrètement des vestiges de l’exposition coloniale de 1906, à moitié recouverts par la végétation. Ses fonctions ont été calquées sur l’Histoire du colonialisme français : tour à tour, ce lieu de mémoire est devenu jardin d’essai colonial, village d’exposition colonial en 1907, hôpital des colonies durant la Grande Guerre et lieu dédié à la recherche après la décolonisation. A l’entrée du jardin, avenue de la Belle Gabrielle, la Porte chinoise se dresse entre les pins de l’allée centrale. Monument le plus représentatif du Jardin, la Porte chinoise, faite de bois rouge, était autrefois exposée sous la verrière du Grand Palais dans le cadre de l’exposition coloniale de 1906. Un ensemble de motifs symboliques étaient présents sur la porte (phénix et licorne sculptés, poissons dressés, motifs géométriques…) avant qu’en 1999 la tempête Lothar n’abîme fortement ce vestige.

A VOUS DE JOUER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

45Avenue de la Belle Gabrielle, Nogent-sur-Marne
Voir l'itinéraire

A propos de l’auteur : Gino

Rédacteur et créateur de Brèves d’Histoire

Ma soif de savoir et de curiosité m'ont poussé à découvrir Paris d'une autre façon, à travers ces petits vestiges, trop souvent ignorés, qui, pourtant, font partie intégrante du patrimoine de la ville et racontent des histoires passionnantes, parfois tragiques, parfois loufoques.

image/svg+xml