Conduite de l’aqueduc romain de Lutèce

Période : IIème siècle après J-C

Le vestige visible au n°42 de l’avenue Reille, derrière une vitre épaisse, est une ancienne conduite de l’aqueduc romain de Lutèce, datant du IIème siècle après J-C. A cette époque, seule l’eau de la Seine, régulièrement impropre à la consommation, était disponible pour alimenter les établissements publics. Les romains décidèrent donc de construire un aqueduc pour acheminer l’eau depuis les sources de Rungis, Wissous jusqu’aux lieux publics et au Palais des empereurs. L’aqueduc permit également la mise en service des thermes de Cluny et du Collège de France. Ses voies de passage étaient enfouies à seulement quelques mètres de profondeur, sur 26 km de long avec un dénivelé de 1,6% et il passait par les villes actuelles de Fresnes, Hay-Les-Roses, Arcueil et Gentilly jusqu’au Parc Montsouris et la rue Saint-Jacques. De là, l’eau était acheminée jusqu’aux bains avoisinants et aux fontaines de Lutèce. L’aqueduc a arrêté toute activité après l’invasion massive des peuples germaniques au IVème siècle quand les Parisii ont fui la rive gauche pour s’abriter sur l’île de la Cité. Petit à petit et faute d’entretien, l’aqueduc a perdu de son intérêt, sans être complètement abandonné. En 1996, une grande portion de l’aqueduc a été découverte et conservée lors du réaménagement du quartier où se situait les anciens ateliers des chemins de fer de Sceaux entre la rue Alésia et l’avenue Reille.

A VOUS DE JOUER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de l’auteur : Victor

Rédacteur et créateur de Brèves d’Histoire

Victor

Ma soif de savoir et de curiosité m'ont poussé à découvrir Paris d'une autre façon, à travers ces petits vestiges, trop souvent ignorés, qui, pourtant, font partie intégrante du patrimoine de la ville et racontent des histoires passionnantes, parfois tragiques, parfois loufoques.

image/svg+xml