Le cadran solaire et le jeu de l’alphabet

Date : 1924

Le cadran solaire de la rue de l’Abreuvoir frappé de la devise « Quand tu sonneras, je chanteray » est quelque peu fallacieux. Le « Y » à la fin de chanterey était couramment utilisé dans les textes en ancien français. Pourtant, le cadran n’a été gravé qu’en 1924 par Henry Lachouque, officier de la légion d’honneur décoré de la croix de guerre 14-18 et écrivain français. Il avait un intérêt particulier pour le Premier Empire et les campagnes napoléonienne en Russie. Il fit d’ailleurs restaurer la maison de Napoléon à Longwood en 1934. Le « N » à l’envers est un clin d’oeil à l’alphabet cyrillique, utilisé par de nombreux pays de l’ex-URSS (dont la Russie).

A VOUS DE JOUER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l’auteur : Gino

Rédacteur et créateur de Brèves d’Histoire

Ma soif de savoir et de curiosité m'ont poussé à découvrir Paris d'une autre façon, à travers ces petits vestiges, trop souvent ignorés, qui, pourtant, font partie intégrante du patrimoine de la ville et racontent des histoires passionnantes, parfois tragiques, parfois loufoques.

image/svg+xml