Vestiges de l’enceinte de Charles V dans la galerie marchande du Louvre

Période : XIVème siècle

Avez-vous déjà traversé la galerie marchande du Louvre par la mezzanine Sully ou mangé un cheeseburger depuis la terrasse du Mc Do qui surplombe la pièce principale ? Dans ce cas, vous avez surement remarqué ces murs de pierres apparentes longeant cette dernière sur près de 200 mètres. Non, cette rupture architecturale n’est pas la lubie d’un architecte mal luné mais bien un vestige d’une des fortifications les plus connues de Paris, communément appelées « enceinte de Charles V ». Si vous y êtes passé ces dernières semaines, vous avez également remarqué la présence d’inscriptions lumineuses accrochées aux remparts. Je me suis bêtement posé devant pendant quelques minutes en essayant de comprendre l’objectif de ces décorations; je cherche encore…Un beau scandale et du br***age intellectuel que ces guirlandes qui dénaturent complètement les vestiges, bref, passons et excusez-moi pour ce langage un peu… cru :/

Les premières pierres de l’enceinte de Charles V ont été posées par Etienne Marcel, prévôt (agent du Roi) des marchands de Paris sous le règne de Jean Le Bon au milieu du XIVème siècle, par crainte d’une invasion des anglais en plein coeur de la Guerre de Cent ans mais aussi pour prévenir toute attaque de mercenaires. Un large fossé a été creusé an amont de l’enceinte de Philippe Auguste rive gauche permttant la mise en place d’une nouvelle fortification sous Charles V. Rive droite, des remparts entouraient Le Palais du Louvre (alors résidence royale sous le règne de Charles V) ainsi que les nouveaux faubourgs du nord qui se sont développés durant le XIIIème siècle à l’extérieur de l’enceinte de Philipe Auguste. La nouvelle ligne défensive englobait tous les pôles majeurs du pouvoir sur près de 5km de circonférence !

Dans le cadre du projet du Grand Louvre qui avait vocation à moderniser le musée et améliorer la présentation des collections, des fouilles archéologiques ont été menées entre 1989 et 1990 au niveau du Carrousel. Un mur d’escarpe et de contre-escarpe ont été découverts. Le mur d’escarpe (à gauche depuis le Mc Do), assis sur des longrines (poutres en bois) était adossé à la ville et possédait une plateforme circulaire destinée à l’artillerie. Ce rempart faisait face au mur de contrescarpe (à droite depuis le Mc Do), situé, lui, à l’extérieur de Paris, faisant tout le tour de la ville, relié au château du Louvre qui défendait la Seine à l’Ouest. Le fossé en eau séparait ces deux murs sur environ 20 mètres de large. Vous pouvez, encore aujourd’hui, observer la trace laissée par l’eau sur le bas des murs.

A VOUS DE JOUER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

99Rue de Rivoli, Paris
Voir l'itinéraire
Galerie marchande du Carrousel du Louvre : Mercredi-Lundi : 10:00-20:00 Mardi : 11:00-19:00

A propos de l’auteur : Victor

Rédacteur et créateur de Brèves d’Histoire

Victor

Ma soif de savoir et de curiosité m'ont poussé à découvrir Paris d'une autre façon, à travers ces petits vestiges, trop souvent ignorés, qui, pourtant, font partie intégrante du patrimoine de la ville et racontent des histoires passionnantes, parfois tragiques, parfois loufoques.

image/svg+xml