La Femme sans Teste de l’île Saint-Louis

Période : fin 18ème siècle

L’inscription gravée dans la pierre au-dessus de la plaque à l’angle de la rue Le Regrattier et du quai de Bourbon nous informe de l’ancien nom de celle-ci. En effet, elle se nommait dès le début du XVIIIe siècle, la rue « DE LA FEMME SAN TESTE ». Au même endroit se situe une statue décapitée et il n’existe pourtant aucun rapport avec l’inscription. La statue n’est pas celle d’une femme mais celle de Saint-Nicolas « vandalisée » par un sans-culotte, appelé Couffignal, chassant, bien logiquement dans la cadre de la révolution, toutes représentations royales ou religieuses en 1793, bien après, que la rue fut nommée. Ce nom peu élogieux à l’égard de la gente féminine (le sexisme était courant à l’époque) viendrait du nom d’une taverne située dans la rue dont l’enseigne était «UNE FEMME SANS TESTE» avec la devise « TOUT EST BON ! ». Un nom bien facile à retenir à l’époque par la grande majorité analphabète des habitants de Paris car durant cette période on considérait qu’une femme sans tête était égale à une femme sans langue, sans parole donc une femme où « tout est bon ».

A VOUS DE JOUER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l’auteur : Cédric

Contributeur sur Brèves d’Histoire depuis 2016

Cédric

Passionné par Paris et son histoire, je découvre la ville au fil de mes balades depuis 6 ans et depuis 1 an à travers la vision de l'objectif de mon appareil photo. A 39 ans, je reste fasciné par les lieux magiques que recèle Paris et dont je ne me lasse pas.

image/svg+xml