Le portail du 17ème siècle de la rue Visconti

Période : 17ème siècle

Le portail en bois visible au n° 13 de la rue Visconti est le seul vestige de 2 maisons datant du 17ème siècle, détruites en 1974 dans le cadre d’un projet de construction d’une crèche et d’une résidence pour personnes âgées. Ces anciennes maisons des actuels n°13 et 15 de la rue Visconti furent la propriété de demoiselle Françoise Bouier, qui, dès 1636, en fit don aux religieuses de l’ordre de la Visitation-Saint-Marie car, selon les Archives Nationales, elle portait une « singulière dévotion » au monastère. En 1791, lors de la Révolution Française, les maisons devinrent bien nationaux. En 1914, la ville de Paris s’empressa d’acquérir la maison du n°13 dans le projet de la détruire afin de permettre le prolongement de la rue de Rennes mais l’idée fut rejetée. Il fallut attendre 1942 avant que la partie côté rue soit démolie et la porte cochère condamnée. En 1961, Maurice Berry, alors architecte en chef des Monuments Historiques, lança un projet de démolition des immeubles au 7, 9, 11, 13 et 15 de la rue Visconti en vue de la création d’un grand espace public. Bien que la proposition ait été refusée, elle permit d’alerter les autorités sur l’insalubrité des lieux. La Commission du Vieux Paris proposa donc de réhabiliter et de conserver les immeubles du n°13 et 15 afin de préserver le côté ancien de la rue Visconti. Malheureusement, le Conseil de Paris décida d’utiliser les deux parcelles pour la création d’espaces sociaux : crèche et résidence de repos. Aujourd’hui, seul le portail du n°13 a été conservé et restauré.

A VOUS DE JOUER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13Rue Visconti, Paris
Voir l'itinéraire

A propos de l’auteur : Victor

Rédacteur et créateur de Brèves d’Histoire

Victor

Ma soif de savoir et de curiosité m'ont poussé à découvrir Paris d'une autre façon, à travers ces petits vestiges, trop souvent ignorés, qui, pourtant, font partie intégrante du patrimoine de la ville et racontent des histoires passionnantes, parfois tragiques, parfois loufoques.