Trace du presbytère de l’Abbaye Saint-Germain-des-Près

Date : 1717

L’Abbaye bénédictine de Saint-Germain-des-Prés a été édifiée au milieu du VIème siècle par le roi Mérovingien Childebert 1er (fils de Clovis). Reconstruite de 990 à 1021 après l’invasion des Normands, l’Abbaye s’est agrandie jusqu’au XVIIème siècle pour accueillir pas moins de 10 000 âmes sur un territoire bordé par les actuels rues Saint-Benoit, de l’Echaudé, Jacob et le Boulevard Saint-Germain. De tous les monuments qui la composaient durant sa période faste (chapelle de la Saint-Vierge, réfectoire, cloître, dortoir, parloir, etc) il ne reste, aujourd’hui, que le palais abbatial et l’église abbatiale Saint-Germain-des-Prés, considérée comme la plus vieille de Paris. Les autres édifices ont été détruits au cours du percement des voies de circulation telles que la rue de l’Abbaye en 1802 et le Boulevard Saint-Germain en 1866. En revanche, sur la Place Saint-Germain-des-Prés, vous pourrez apercevoir un départ de mur en arc de cercle qui est un vestige du mur du presbytère de l’abbaye. Le presbytère, créé en 1717, était le lieu de vie des prieurs, moines choisis par l’abbé pour le seconder et gouverner les autres moines. Le bâtiment se présentait sous forme incurvée à droite de l’entrée de l’église, face au parvis. Il a été démoli en 1866 lors du percement du Boulevard Saint-Germain-des-Prés et la création de la Place du même nom. Seul le mur tronqué subsiste.

A VOUS DE JOUER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l’auteur : Victor

Rédacteur et créateur de Brèves d’Histoire

Victor

Ma soif de savoir et de curiosité m'ont poussé à découvrir Paris d'une autre façon, à travers ces petits vestiges, trop souvent ignorés, qui, pourtant, font partie intégrante du patrimoine de la ville et racontent des histoires passionnantes, parfois tragiques, parfois loufoques.

image/svg+xml