Vestige de maison close

Avant leur interdiction par la loi Marthe-Richard, le 13 avril 1946, les maisons closes devaient faire preuve d’une certaine discrétion. Les clients ou curieux de passage pouvaient cependant repérer facilement la façade d’une maison close qui se distinguait architecturalement du reste des bâtiments aux alentours : judas grillagé, fenêtres opaques ou encore porte d’entrée couronnée d’un gros numéro comme celle de la rue Ballu.

A VOUS DE JOUER

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l’auteur : Gino

Rédacteur et créateur de Brèves d’Histoire

Ma soif de savoir et de curiosité m'ont poussé à découvrir Paris d'une autre façon, à travers ces petits vestiges, trop souvent ignorés, qui, pourtant, font partie intégrante du patrimoine de la ville et racontent des histoires passionnantes, parfois tragiques, parfois loufoques.

image/svg+xml