Localisation
Pub (1 clic = 1 don pour le projet, merci ;))
Le saviez-vous ?

53 Regards subsistent aujourd’hui, disséminés sur la colline de Belleville, le plus souvent cachés des regards (jeu de mots ;)). L’eau qui coule encore sous les pavés par ce système d’alimentation est directement évacuée dans les égouts de paris car ne respectant plus les critères très strictes de potabilité.

Détails
  • Adresse :
    42 rue des cascades
  • Date/période du vestige :
    17ème siècle
  • Droit d'accès :
    Gratuit
Accessible
Accessible sans restriction aujourd’hui
  • Lundi

    Accessible sans restriction

  • Mardi

    Accessible sans restriction

  • Mercredi

    Accessible sans restriction

  • Jeudi

    Accessible sans restriction

  • Vendredi

    Accessible sans restriction

  • Samedi

    Accessible sans restriction

  • Dimanche

    Accessible sans restriction

  • 1 mars 2024 3 h 29 min

Description

Et en haut, l’eau coule à flots !

 

Promeneurs du dimanche et amateurs d’escapades au goût champêtre au coeur de l’ancien village de Belleville, saviez-vous que sous vos pieds, jaillissaient les « eaux du Nord » qui alimentaient les édifices religieux de la rive droite, à partir du XIIème siècle. Certaines rues des 19 et 20ème arrondissements témoignent de ce passé où les sources d’eau étaient légions : rue des Rigoles, rue de la Mare, rue de la Duée ou encore rue des Cascades. Cette dernière abrite une étrange bâtisse en pierre au n°42, surnommée le "Regard Saint-Martin". Le nom Regard vient tout naturellement de sa fonction première : avoir un regard sur le système de conduits d’eau, d’en contrôler son bon fonctionnement et de vérifier si l’eau était propre. L’accès restrictif à ces Regards empêchait à de mauvais esprits de contaminer l’eau pour des raisons obscures. La construction du 42 rue des Cascades, reconstruite en 1804, où coulent encore sous les pierres les eaux provenant des hauteurs, alimentait le prieuré de Saint-Martin-des-Champs et la Maison du Temple, qui était, au XIIème siècle, la plus grande commanderie templière de France.

Alors que la ville s’agrandissait et que les besoins en eaux devenaient de plus en plus importants, il fallut trouver un autre système d’alimentation en eau potable. L’idée de récupérer l’eau de pluie des hauteurs de Belleville et de Ménilmontant devint rapidement une priorité. Dès le XIIème siècle, de titanesques travaux de construction d’aqueducs et de Regards permirent d’approvisionner le centre de la capitale et les premières fontaines publiques et ainsi devenir la première source d’eau potable à Paris. Les Regards et les eaux du Nord ont été utilisés durant 6 à 7 siècles avant l’arrivée de l’eau courante. Au contraire des pierrées (conduits de pierre sèche couverts de dalles et de glaise, amenant l’eau aux Regards) et des aqueducs, les Regards, dont celui du 42 rue des Cascades, sont protégés au titre de monuments historiques depuis le XIXème siècle. Depuis 2006 seulement, l’ensemble du système d’approvisionnement existant dans Paris est également protégé.

  • malia
    15 novembre 2021 à 11 h 00 min

    Beaucoup d’erreurs dans ce texte si court
    le regard st Martin et celui des petites rigoles sont 2 regards distincts
    les regards servaient à entrer dans l’aqueduc pour l’entretenir
    les sources du nord ne sont pas les 1eres d’eau potable de Paris les romains avaient déjà capté l’eau de source de Wissous 1000 ans plus tot !

    • Gino
      17 novembre 2021 à 0 h 10 min

      Bonjour Malia et merci de votre commentaire !

      Le regard des petites rigoles fait effectivement référence à un autre regard, c’est corrigé !
      En revanche, les regards avaient bien comme fonction d’entretenir tout le système de circulation d’eau mais aussi de contrôler la qualité de l’eau. Pour ce qui est de la captation des eaux par les romains, je ne pense pas que l’eau acheminée sur Lutèce était à l’époque « potable » ? Si vous avez des sources sérieuses qui prouve le contraire, je serais ravi de les lire 🙂

      Dans l’attente de vous lire.

Ajouter un avis